25 septembre 2011

a

Dans le grand lit, il y a toi au creux de mon bras, comme quand tu étais petite, cherchant le réconfort dont tu as tant besoin depuis trois semaines. En passant par la pharmacie pour acheter les gouttes, je n'étais pas certaine, maintenant j'y crois. Aux Fleurs de Bach. "La malédiction des enfants, c'est qu'ils croient", oh oui, Flannery O'Connor. Et pourquoi ne se rend elle pas compte, ta maîtresse ? Que nous aurait-elle dit si elle nous avait vus, il y a maintenant bien longtemps, à l'époque où on se tartinait le bout de doigt de colle afin d'arracher cette petite peau séchée portant nos empreintes ? Poison ! Danger ! J'ai ressenti une si grande colère lorsqu'elle s'est cachée derrière les directives du Ministère. "Nous avons reçu des consignes, nous devons être très vigilants sur le matériel utilisé par les enfants, certains sont toxiques". Pour toi, c'était juste une petite tache d'encre sur le bout du doigt que tu voulais effacer d'un peu de salive puis en frottant avec ton kleenex. Elle ne m'a pas répété les mots employés. Et ce, malgré mon insistance, je voulais comprendre. "Nous avons reçu des directives" / Entre temps, on a dévalisé les boutiques. Des Start Rite marines, des babies marrons à boucles, des ballerines dorées. Nous cherchons sur les tissus doux les étoiles, les paillettes, le lurex ou le fluo. Parce que, malgré tout, la vie pétille / Je t'ai accompagné à ce cours de judo où se rendent les copains d'école. A deux pas de la maison. 40 gamins, entre 6 et 8 ans. 40, c 'est beaucoup, non ? Tu me dis, non, ça va aller. Le prof me tend d'une main distraite, sans même me regarder, le bulletin d'inscription. J'attire son attention, je te montre du doigt et je tente d'expliquer pourquoi tu portes une ceinture jaune rayée de rouge. Je n'ai pas retrouvé la blanche au moment de préparer le sac. Quand je lui parle de kinomichi, il me répond séchement "Connais pas". Et bien, vois-tu, je suis ravie que tu aies finalement repris le kinomichi / Il y a deux semaines, c'était un week-end d'automnété et nous sommes allés visiter la Ménagerie du Jardin des Plantes avec le copain d'école. Hummmm, les crêpes au Nutella, le doigt de coca au goût d'interdit. La panthère des Neiges, les biquettes qui lèchent les doigts, le crocodile que, pour la première fois, on a vu bouger. Et cette chaleur, bienvenue, cette dernière bouchée d'été qui nous a laissé le front perlé d'avoir courru dans l'allée pourtant ombragée/Pour me conforter dans l'idée qu'on est entrain d'y arriver, qu'on va y arriver, je relis ce questionnaire de fin 2010 auquel tu avais accepté de répondre : "C'est quoi le bonheur ?", t'avais-je demandé. Tu avais répondu "la vie!"/

b

Posté par Loulouandco à 23:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Dans le grand lit, il y a toi au creux de mon

Nouveau commentaire